Temps de lecture : 8 minutes

Grande figure du tennis espagnol (notamment pour être membre de l’équipe d’Espagne de Coupe Davis en étant LE cordeur officiel), Xavi Segura a accepté d’être interviewé 🙂 Ses paroles valent de l’or tant son expérience sur le circuit est impressionnante (et envieuse!)

J’avais rencontré Xavi sur le tournoi ATP de Barcelone en 2015 où l’on travaillait tous les deux pour Babolat à ce moment-là.

Au menu de cette interview : coulisses de la Coupe Davis mais aussi tendances du marché du tennis, après Big4, Next Gen et des points de vue pertinents …


Salut Xavi, quelle est ta relation avec le tennis depuis ton enfance? Comment as-tu connu ce sport, est-ce que tu y jouais? Quel est ton travail actuel ?

J’ai commencé à corder des raquettes à 12 ans. Mon grand-père avait un magasin de tennis à Barcelone et c’est là que j’ai appris à connaître le monde du tennis. Au début, je ne jouais pas au tennis parce que mes parents m’avaient inscrit au football. Au fur et à mesure que j’ai appris à connaître les matériaux, le cordage des raquettes, etc., je me suis intéressé davantage au tennis et à ses joueurs. J’ai eu la chance que notre magasin soit l’un des pionniers du tennis à Barcelone. Nous avons travaillé pour les principaux clubs de la ville. On allait livrer et ramasser les raquettes des membres et des joueurs qui voulaient les faire corder.

Un travail minutieux…

Petit à petit, j’ai gagné la confiance des joueurs professionnels de l’époque (avant, le tennis professionnel espagnol se concentrait surtout à Barcelone), et de plus en plus de joueurs me laissaient leurs raquettes à corder. En 1992, mon oncle a été appelé pour corder aux Jeux Olympiques de Barcelone. Quand il est revenu, il m’a raconté toute son expérience du tournoi, et j’ai tellement aimé que j’ai voulu m’y consacrer à partir de ce moment-là. Je voulais être un cordeur professionnel de raquettes. Et je me suis lancé un défi : participer un jour à un tournoi important afin d’être au plus près des meilleurs professionnels du monde.

J’ai mis de côté mes études et je me suis consacré exclusivement au métier de cordeur. J’ai continué mon travail à l’atelier mais après quelques années je suis devenu indépendant. Ma passion était de travailler pour des professionnels, aussi bien dans le cordage que dans la préparation de raquettes. A cet égard, Babolat Espagne m’a aidé de manière exceptionnelle. Ils ont parié sur moi pour prendre la responsabilité des tournois qu’ils avaient en Espagne. Cela m’a mis à la tête des cordeurs au niveau national et m’a aidé dans une certaine mesure à être choisi par la Fédération Espagnole de Tennis pour corder pour les équipes de Coupe Davis et de Coupe de la Fédération. Aujourd’hui, je travaille pour des joueurs professionnels, j’organise des tournois internationaux et je collabore avec Head Espagne.

Mon historique de tournois :

OPEN D’AUTRALIE x1
ROLAND GARROS x6
WIMBLEDON x2
US OPEN x2

ATP 1000 x12
ATP 500 x28
ATP 250 x8
ATP MASTERS CUP x1
WTA MASTERS CUP x1

DAVIS CUP x52
FED CUP x6

JEUX OLYMPIQUES 🥇 x1 (Londres 2012)

Par curiosité, quelles sont les personnes qui font partie d’une équipe de Coupe Davis (joueurs, entraîneur(s), physio …?).

L’équipe de la Coupe Davis est composée des personnes suivantes :

CAPITAINE (1)
PHYSIOTHÉRAPEUTE (2)
DOCTEUR (1)
ATTACHÉ DE PRESSE (1)
CHEF D’ÉQUIPE (1)
CHEF DE LA SÉCURITÉ (1 ou 2)
CORDEUR (1)
SPARRING PARTNER (1)

Tous les entraîneurs des joueurs convoqués assistent également à l’épreuve.

L’équipe d’Espagne de Coupe Davis en 2016

LIRE AUSSI : Coupe Davis : comprendre facilement le nouveau format


De quoi sont faites tes journées pendant une semaine de Coupe Davis ? Vous êtes très soudés dans l’équipe ? Est-ce que ce sont des bonnes conditions pour travailler ? (Je pense aux conditions difficiles du Master 1000 de Madrid où l’on ne voyait pas beaucoup de lumière naturelle, on faisait énormément d’heures…). En Coupe Davis, c’est plus cool ?

Mon travail en Coupe Davis est plus calme qu’en tournoi. Les joueurs de Coupe Davis ne sont que 5, alors que dans les tournois, il s’agit habituellement de 64 joueurs plus ceux des qualifs.

Nous divisons les journées de travail en deux phases d’entrainements (matin et après-midi). Les phases de travail sont habituellement de 2 heures chacune, même si parfois nous nous entraînons un peu plus. Je vais avec le reste de l’équipe sur le site de la rencontre, puis nous retournons à l’hôtel. Les jours les plus exigeants sont les jours de match, où je dois faire toutes les raquettes des joueurs qui vont jouer. Les conditions de travail sont meilleures que dans les tournois en général, car nous travaillons moins d’heures par jour.

Ça a l’air plutôt cool en effet 😉

LIRE AUSSI : Coupe Davis : 3 bonnes raisons de ne pas être sceptique sur la nouvelle formule

En dehors de la Coupe Davis, pour qui d’autre est-ce que tu travailles? Est-ce que tu fais aussi de la « customization » de raquettes?

Je travaille actuellement pour dix académies de tennis dans toute l’Espagne, ce qui me fait travailler pour plus de 60 joueurs. Je fais le travail de préparation de la raquette (customization), le conseil et le suivi du matériel.

Par curiosité, de tous les tournois où tu as cordé, lesquels as-tu préférés et pourquoi ? 🙂 (environnement, personnes, conditions, météo, …)

Mon tournoi préféré sera toujours la CONDE DE GODO (BARCELONE ATP500). C’est le tournoi de ma ville, et c’était le premier tournoi professionnel que j’ai eu l’occasion de voir étant enfant. J’ai travaillé sur ce tournoi en tant que cordeur pendant plus de 20 ans. Mon premier Grand Chelem a été l’US OPEN (1997), et maintenant je suis amoureux de Wimbledon. J’aime ses gens, ses installations, sa ville…

Xavi au Godo (ATP 500 de Barcelone aussi appelé Trofeo Conde de Godó ou encore Barcelona Open Banc Sabadell)


Combien de semaines par an voyages-tu sur les tournois ? On dirait que tu n’es pas souvent chez toi !

En 2018, j’ai passé 163 jours loin de chez moi…

LIRE AUSSI : Dans la peau d’une cordeuse officielle de raquettes

Je me rends compte que tu es dans ce milieu depuis longtemps (je ne dis pas que tu es vieux, mais que tu as beaucoup d’expérience !). Est-ce que tu as observé une tendance sur le marché du matériel de tennis ? Est-ce que tu penses que c’est un secteur en bonne santé ou que les ventes diminuent avec le temps ?

L’équipement de tennis est en constante évolution. Des raquettes en bois aux raquettes actuelles, l’évolution a été très grande. Dans les années 80 et 90, les raquettes étaient vendues pour leur qualité. Les meilleures raquettes étaient celles composées des meilleurs matériaux et du pourcentage de ce matériau à l’intérieur du cadre. Aujourd’hui, la qualité a diminué, et les raquettes sont vendues selon leur poids. Maintenant, l’important est de savoir combien pèse la raquette quand vous l’achetez. La qualité moyenne des raquettes a baissé, tout comme celui des professionnels de l’industrie (n’importe quel fabricant peut vendre une raquette au poids).

L’industrie du tennis essaye d’allonger la vie des joueurs de tennis afin qu’ils consomment davantage. Les raquettes d’aujourd’hui sont très légères, très puissantes et très confortables.

Les ventes de tennis sont en baisse. Il y a d’autres sports, du moins en Espagne, qui sont devenus plus importants dans la société (padel, cyclisme, course à pied) et qui ont de plus grandes perspectives. Chaque année, des magasins de tennis ferment en Espagne, ce qui nous laisse penser que la vente en ligne nuit aux magasins traditionnels. Les bas prix des e-commerçants obligent les magasins traditionnels à baisser leurs marges, et ainsi gagner moins d’argent, quand les coûts d’achat et de maintenance des locaux sont chaque année plus élevés. Pour le propriétaire du magasin, il est difficile d’avoir un employé. Et ces entreprises survivent grâce au service de cordage, pas grâce aux ventes. Pour vivre de la vente, il faut avoir un taux de rotation élevé du matériel au cours de l’année. Et ça, pour un petit magasin de rue, c’est très compliqué….

Les fournisseurs ont le fonctionnement du marché entre leurs mains. Ils sont les seuls à pouvoir faire changer cette tendance. Les fournisseurs ne dépendent pas d’un seul secteur. La plupart travaille avec d’autres sports, de telle sorte que si le tennis fait baisser les ventes, ils les élèvent dans d’autres sports. Par exemple, si une marque vend moins de tennis, elle pourrait vendre plus de padel pour compenser leur chiffre.

Sur le même sujet, est-ce que tu penses que lorsque les meilleurs joueurs comme Nadal, Federer, Djoko, etc. prendront leur retraite, le marché du tennis va s’affaiblir (marques de matériel, écoles et académies de tennis, etc.) ? Comment les marques pourraient-elles surmonter cela ?

Oui, tout à fait. Ils sont les acteurs de référence pour la plupart des gens. Leurs modèles de raquettes, chaussures et textiles sont les plus vendus sur le marché. Il y a beaucoup de gens qui veulent jouer au tennis pour imiter ce qu’ils font. Le jour où ils ne seront plus là, le marché le remarquera, parce que je doute que les chaînes de télévision continuent à parier sur ce sport. Aujourd’hui, nous pouvons regarder beaucoup de tennis à la télévision. À l’avenir, on verra… même s’ils continueront toujours à vendre des raquettes et ainsi de suite. Le tennis est un sport classique et ne disparaîtra jamais.

Et que penses-tu de la nouvelle vague de joueurs (Zverev, Tsitsipas, Auger-Aliassime, Kachanov, etc…) ? Je veux dire, as-tu vu une évolution ou une différence dans leur manière de jouer, de se comporter ou de se préparer ? On a l’impression que personne ne peut remplacer notre « Big 4 » mais à côté de ça, c’est de plus en plus difficile d’entrer dans le top 100…

Personnellement, j’aime cette nouvelle génération ! Ce sont des joueurs courageux, puissants et très effrontés quand ils jouent. Je pense que l’âge moyen au tennis a augmenté. Dans le passé, les 32/33 ans prenaient leur retraite. Aujourd’hui, vous pouvez avoir 35 ans tout en continuant à gagner de l’argent. C’est pourquoi il est si difficile pour les jeunes joueurs de franchir la barrière du top 100… Le Big 4, comme tout le reste dans la vie, prendra fin…

Quel est ton opinion sur le World Tennis Tour (anciennement appelé Transition Tour) ?

LIRE AUSSI : Du jamais vu ! Comment l’ITF divise par 2 le nombre de joueurs professionnels avec son Transition Tour !

Je trouve ça barbare. Non seulement ils ont brisé les espoirs de beaucoup de gens, mais ils ont aussi complètement brisé l’industrie du tennis. Je pense que des mesures auraient pu être prises, tout aussi efficaces, mais sans nuire à personne.

Tu as parlé des Jeux olympiques, as-tu aimé y travailler ? Pourquoi y es-tu allé qu’une seule fois ? Quelle est la place du tennis aux JO? J’ai l’impression que le tennis y est un sport moins important que les autres. Toi qui as vécu l’événement de l’intérieur, peux-tu me dire si je me trompe ?

Je pense la même chose que toi ! Je pense que le tennis n’est pas un sport important ni pour les JO, ni pour les joueurs de tennis (les JO ne représentent pas un trophée fondamental dans leur palmares).

Je pense que si on pose la question à un joueur de tennis, il dira qu’il préfère gagner un Grand Chelem que les Jeux Olympiques.

J’ai assisté aux JO de Londres en 2012 et je l’ai fait avec l’équipe espagnole. C’était 12 jours incroyables pour moi, mais honnêtement, c’était comme un autre tournoi.

Merci Xavi pour toutes ces infos! Vous pouvez suivre Xavi Segura sur Facebook, Instagram et Twitter.

Un gran vainqueur 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.