Temps de lecture : 4 minutes

Rencontre avec Olivier Letort que j’ai connu de bouche à oreille. C’est l’occasion de faire un petit zoom sur l’apprentissage du tennis et sur les méthodes qui marchent.

 

Bonjour Olivier, pouvez-vous nous expliquer ce que vous faites dans la vie et pourquoi vous avez choisi de faire ça ?

Je suis enseignant professionnel depuis 1982 et j’ai toujours eu cette envie de faire ce métier. Quelques personnes m’ont marqué et c’est devenu une évidence. Je ne voulais pas devenir joueur de haut niveau mais enseignant, et sur ce point j’ai bien réussi !

Quelle expertise avez-vous dans l’enseignement et comment êtes-vous devenu aussi bon dans votre domaine ?

L’apprentissage est mon domaine de prédilection. En même temps, c’est le métier que j’ai choisi puisque je suis là pour apprendre aux autres. L’apprentissage devrait donc être la priorité et le souci de tous les enseignants.

J’insiste sur le fait que je ne suis pas un expert en apprentissage mais un passionné. Les spécialistes sont des personnes d’un tout autre niveau d’expertise, à commencer par Marc Durand que j’ai eu la chance de connaître et qui a accepté de suivre mes travaux pour valider mon BE3. Grâce à lui, j’ai mis un pied dans le monde de la recherche et je me suis passionné et intéressé de plus en plus à l’apprentissage et ses mécanismes.

Le croisement entre mon expérience de terrain et les connaissances acquises dans le domaine de l’apprentissage ont donné du volume à mon enseignement.


Quelle importance donnez-vous à l’enseignement ?

Je pense que l’école de tennis est le vivier d’un club, le baromètre même. Quand l’école de tennis fonctionne bien, en général le club se porte bien. Or l’école de tennis a longtemps été délaissée par les enseignants car pas assez valorisante (par rapport à la compétition ou ils peuvent se faire remarquer via les performances des joueurs). Cette mise à l’écart de l’école de tennis les a éloignés de la problématique de l’apprentissage et à travers le Tennis Cooleurs, c’est une vision plus attrayante de celle-ci que je propose où le métier reprend son sens premier.


Comment vous est venue l’idée de TennisCooleurs ?

Ayant remis en question ma pratique très tôt, j’ai voulu trouver d’autres solutions ailleurs que dans le tennis. Ces recherches empiriques ont permis de créer ce concept de Tennis Cooleurs. Le problème est que cette remise en question date de 1989 or à cette époque je me mettais en marge du système en place. Le seul vrai problème que j’ai rencontré, c’est que j’étais sans cesse en décalage avec les idées et pratiques du moment. Aujourd’hui ce décalage se réduit, les enseignants commencent à s’intéresser à l’apprentissage et le tennis ne devient qu’un prétexte. Puis en découvrant des notions simples, ils redécouvrent leur métier sous un angle plus lumineux, c’est un coup de boost dont ils me font part en général.

 

D’après ce que j’ai compris vous avez un angle d’approche bien précis de l’apprentissage du tennis. J’aimerais savoir, d’après vous, quel est le plus gros enjeu pour un enseignant ?

Le principal enjeu est de donner envie ! Mais ce n’est pas propre au tennis. Au cours d’une scolarité, tout le monde a été marqué par un ou deux profs (rarement plus). Et cette année-là, on est non seulement intéressé par la matière mais en plus on s’y sent à l’aise.

Un bon enseignant est avant tout celui qui donne envie, envie de revenir pour prolonger l’aventure. L’envie est le carburant essentiel de tout apprentissage, autrement on fait les choses par obligation, parfois par soumission et là c’est l’horreur ! Rendre l’apprentissage ludique, joyeux, lumineux, pétillant, ce sont les enjeux pour moi d’un apprentissage réussi, au tennis ou ailleurs. Les gens passionnés sont très souvent passionnants et donnent envie de les suivre ! Il faut prendre en compte les mécanismes d’apprentissage et utiliser tout le matériel adapté existant. Si un enfant n’arrive pas à jouer au tennis en 2018 cela relève de la science-fiction !

Tout à fait d’accord ! Du coup comment faites-vous pour transmettre cette envie à vos élèves ?

L’idée consiste à proposer un apprentissage par le jeu ce qui suscite de la motivation et qui favorise donc la réussite qui entraîne du plaisir et ces émotions positives garantissent les effets de l’apprentissage. C’est ce que je nomme le cercle vertueux de l’apprentissage. Justement le Tennis Cooleurs s’est inspiré de tout ce qui fonctionne et ensuite je l’ai adapté au tennis. Tout passe par le jeu, et c’est d’ailleurs ce que viennent chercher les personnes quand elles mettent les pieds sur un terrain de tennis tout simplement.

Est-ce que vous avez envie de nous partager autre chose ?

Avec 25 ans de recul et des réponses apportées par la recherche, j’ai décidé de partager ce concept avec les enseignants désireux de se remettre en question ou de s’enrichir par rapport à leur pratique. C’est la raison pour laquelle je propose le Tennis Cooleurs sous forme de formations qui se déclinent en plusieurs thèmes mais qui ont tous comme point commun : l’apprentissage. Bien sûr ce sont des formations de terrain puisque c’est là où tout se joue !

 

Super, merci beaucoup Olivier pour votre retour d’expérience. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le TennisCooleurs, je vous invite à visiter www.tenniscooleurs.com où Olivier propose d’ailleurs ses propres livres sur l’apprentissage du tennis.


1 commentaire

Point du jour Bolivar · 22 octobre 2019 à 8:05

Oui. C’est bien de pratique le tennis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.